Communiqués de presse

Selon les experts de la sécurité alimentaire, les discussions du G20 sur les investissements privés en Afrique doivent être principalement axées sur l’agriculture

Selon les experts de la sécurité alimentaire, les discussions du G20 sur les investissements privés en Afrique doivent être principalement axées sur l’agriculture

Dakar le 7 juillet 2017- Le Panel Malabo Montpellier (MaMo) – leader en matière de politiques sur la sécurité alimentaire et l’agriculture – se réjouit de l’intérêt porté sur l’Afrique par l’agenda du G20, mais incite vivement les leaders mondiaux à s’assurer que les agriculteurs du continent soient au cœur des discussions à Hambourg ce week-end. Les laisser de côté, ce serait continuer à mettre en danger la sécurité alimentaire et la stabilité financière en Afrique.

La présidence allemande du G20 n’a eu de cesse de renforcer la croissance économique, l’investissement et la stabilité en Afrique. Le Panel MaMo invite le G20 à accorder la priorité aux investissements dans le secteur agricole, étant donné qu’il est le principal employeur du continent. Les recherches menées par le Panel montrent qu’un secteur agricole africain florissant pourrait avoir un impact significatif sur la sécurité alimentaire, l’emploi et la distribution des richesses.

Le Panel MaMo a contribué à l’élaboration de la Charte de Berlin – remise au Ministre Allemand du Développement Dr. Gerd Müller – qui sera présentée au G20. La Charte recommande des voies et moyens par lesquels les gouvernements nationaux, les partenaires au développement et les institutions financières peuvent soutenir la jeunesse africaine et créer des emplois en milieu rural.

Prof Joachim von Braun, co-président du Panel MaMo et Professeur à l’Université de Bonn, a déclaré : « L’Afrique regorge d’opportunités à concrétiser pour les jeunes et les femmes. A travers le continent, des innovations stimulent la productivité agricole et augmentent la participation, en particulier dans les zones rurales. Cependant, sans les investissements adéquats, ces innovations n’atteindront pas leur potentiel, ce qui aura un impact négatif sur les emplois et les moyens de subsistances. »

« En intégrant les recommandations de la Charte de Berlin dans les discussions du G20 sur l’Afrique, les leaders mondiaux pourraient débloquer ces possibilités et ainsi aider à stabiliser la sécurité alimentaire et à stimuler la création d’emplois et la croissance économique globale » souligne Dr. Agnes Kalibata, Présidente de l’Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (AGRA) et membre du Panel MaMo, qui a présidé le comité consultatif de la Charte aux cotés Prof Joachim von Braun.

Selon Dr. Patrick Caron, membre du Panel MaMo, et Président du Groupe d’Experts de Haut Niveau (HLPE) du Comité mondial de la Sécurité Alimentaire (CSA / CFS) : « L’objectif de la Charte est de fournir une vision prospective et moderne de l’Afrique rurale et d’encourager les décideurs politiques à prendre position et à s’engager. La sécurité alimentaire ne peut être atteinte sans investissements conséquents. Pour que cette vision se réalise, les leaders mondiaux du G20 comme les autres instances internationales doivent planifier de mettre en œuvre de tels investissements. »

La Charte appelle le G20 à se fixer des cibles concrètes, quantifiées et assorties de délais précis, en ligne avec les Objectifs de Développement Durable, en particulier pour :

- Permettre à au moins 600 millions de personnes d’échapper à la faim et à la malnutrition grâce à des politiques agricoles, nutritionnelles et anti-pauvreté, appropriées.

- Poser des actes politiques et humanitaires concertés pour trouver une solution immédiate aux situations de crise alimentaire.

- Faciliter l’accès à l’éducation et à la formation des jeunes, et réduire le chômage des jeunes de moitié d’ici 2025.

- Investir dans les infrastructures rurales et la création d’emplois à l’échelle transnationale.

- Fournir un accès pour tous aux technologies informatiques – y compris les applications à l’intention des agriculteurs.

- Concrétiser l’énorme potentiel des agriculteurs en Afrique à travers les droits juridiques, l’accès au financement et l’assurance.

- Inverser la tendance à la perte de biodiversité et à la dégradation, et mettre en œuvre l’Accord de Paris.

Dr. Ousmane Badiane, Co-président du Panel Malabo Montpellier et Directeur pour l’Afrique de l’Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires, a déclaré : “l’Afrique offre aujourd’hui les conditions idoines pour accueillir des investissements, notamment dans le domaine de l’agriculture. A travers le continent, nous observons une redynamisation des économies urbaines qui se traduit par une massification des classes moyennes, une augmentation des revenus des ménages, ce qui crée naturellement de nombreuses opportunités pour l’agriculture locale. Celle-ci se développe progressivement, surtout dans le secteur de la transformation, de la distribution et de l’exportation des produits agricoles, avec une forte demande des populations pour des produits transformés et prêts à l’utilisation. En plaçant l’agriculture au cœur des discussions du sommet et en œuvrant pour une augmentation sensible des investissements dans le secteur, le G20 permettra à l’Afrique d’exploiter pleinement toutes ces nouvelles opportunités. »

- FIN -

Pour plus d’informations merci de contacter Mme Hawa S DIOP h.diop@cgiar.org +221775150812 ou +221338699802

A propos du Panel Malabo Montpellier

Le Panel Malabo Montpellier est composé de 12 experts africains et 5 experts européens spécialisés dans les domaines de l’agriculture, de l’écologie, de la nutrition, des politiques publiques et du développement mondial. Ils soutiennent les objectifs de la Déclaration de Malabo qui engage 54 pays signataires à diminuer de moitié le nombre de personnes pauvres d’ici 2025, à travers une croissance agricole inclusive porteuse d’opportunités d’emploi, en particulier pour les jeunes et les femmes. Les pays signataires s’engagent à allouer au moins 10 pour cent des dépenses publiques à l’agriculture et à maintenir la croissance annuelle du PIB agricole à au moins 6 pour cent. Les rapports de recherche du Panel apportent aux décideurs politiques des recommandations permettant de mettre en œuvre efficacement les politiques et programmes en faveur des petits exploitants agricoles en Afrique.

Malabo Montpellier Panel

S/C IFPRI

Titre 3396, Lot #2, BP 24063 Dakar Almadies,

Senegal

www.mamopanel.org