Communiqués de presse

Les experts en sécurité alimentaire conseillent de tirer des enseignements des réussites pour vaincre la malnutrition en Afrique

COMMUNIQUE DE PRESSE

Document sous embargo jusqu’au 5 Septembre 2017 à 11h40 GMT

Abidjan : De nombreux pays africains, y compris le Sénégal, le Ghana et l’Ethiopie, ont réussi à réduire la malnutrition au cours des 15 dernières années. Ces progrès, suscités en partie par des actions et des interventions de politique, montrent que la lutte contre la malnutrition en Afrique peut être gagnée, selon un nouveau rapport lancé aujourd’hui par le Panel Malabo Montpellier au Forum pour la Révolution Verte en Afrique qui se déroule en Côte d’Ivoire.

Le rapport du groupe d’éminents experts africains et internationaux en sécurité alimentaire, analyse les décisions et actions de politique qui ont contribué à ces réussites et tire des enseignements à l’intention des décideurs politiques, donateurs et autres intervenants.

Le co-président du Panel, Dr. Ousmane Badiane, a déclaré : « De nombreux progrès ont été accomplis, ce qui est encourageant. Cependant, des défis significatifs doivent encore être relevés. Pour atteindre les objectifs établis dans la Déclaration de Malabo et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, les gouvernements doivent apprendre de leurs réussites passées et redoubler d’efforts pour s’attaquer au triple fléau de la faim, de la malnutrition et de l’obésité sur le continent. Le rapport montre clairement que les progrès sont possibles. »

A travers l’Afrique, la proportion de populations qui souffrent de la faim a baissé de 28% à 20% entre 1990 et 2015, bien que le nombre total continue à augmenter en raison de la croissance rapide de la population. Certains pays ont réalisé des progrès remarquables. Le Sénégal, le Ghana et le Rwanda, ont tous réduis le nombre de personnes souffrant de malnutrition et le nombre d’enfants souffrant de retard de croissance de plus de 50%. L’Angola, le Cameroun, l’Ethiopie et le Togo, ont atteint des réductions de plus de 40%.

Il reste beaucoup à faire. Les changements démographiques et l’urbanisation ajoutent une pression sur les systèmes alimentaires qui s’évertuent à augmenter les rendements et à produire dans le même temps des aliments plus diversifiés et plus nutritifs. Parmi les principales menaces, on peut citer les conflits et le changement climatique – qui retardent les progrès ou inversent les gains dans la lutte contre la faim et la malnutrition. La consommation d’aliments peu coûteux et peu nutritifs, ainsi que la réduction de l’activité physique dans la classe moyenne, augmentent les niveaux d’obésité. La prévalence estimée de l’obésité chez les enfants devrait atteindre les 11% en 2025.

Joachim von Braun, co-président du Panel a déclaré : « Les gouvernements réussissent à lutter contre la malnutrition quand ils la mettent en priorité dans leur agenda et dans leurs programmes de mise en œuvre interministériels et en étroite collaboration avec les partenaires. L’investissement est nécessaire pour la prévention des crises et l’élaboration des programmes permettant de construire la résilience face aux stress climatique. »

Entre autres recommandations du rapport tirés de l’exemple établi par des pays qui ont obtenus des réussites, on peut citer :

· L’adoption d’une politique détaillée sur la nutrition comme une priorité absolue ;

· La mise en place d’un mécanisme de coordination d’un programme cohérent pour la nutrition à travers le gouvernement ;

· L’investissement dans la prévention des crises et les capacités d’intervention d’urgence pour faire face à la menace de conflit et à la réduction de la malnutrition ;

· Le renforcement de la recherche agricole nationale pour étendre la bio-fortification et d’autres types de programmes d’enrichissement par les nutriments ;

· L’autonomisation des groupes de femmes ;

· La création de synergies entre l’agriculture, l’eau, la santé et l’assainissement.

Fin

Pour plus d’informations ou pour demander une copie du rapport « Nourished: How Africa Can Build A Future Free From Hunger & Malnutrition » [Alimentation : Comment l’Afrique peut-elle construire un futur sans faim ni malnutrition ?] ou pour obtenir une interview avec un membre du Panel, merci de contacter : Hawa Diop, MaMo Panel, H.Diop@cgiar.org ou Katie Ward, di:ga Communications, katie@digacommunications.com